Le mind mapping est un outil incroyable dans le sens où il se calque sur nos processus naturels de pensées et la façon dont le cerveau humain fonctionne. Découvrons ensemble en quoi la construction d’une Mind Map est directement en lien avec notre mécanique de pensée.

TENDANCE À L’ACHÈVEMENT

La mind map vous donne la représentation visuelle d’un contenu sur l’ensemble de l’espace de votre fiche. Cette vision globale et graphique sur 1 seul support permet d’utiliser un réflexe de structuralisation de votre cerveau. Ce mécanisme se fonde sur cette tendance spontanée qu’à notre esprit à vouloir combler les vides, et à terminer ce qui ne l’est pas.

Si vous prenez par exemple la célèbre phrase « Mais où est donc Or… », beaucoup d’entre vous auront spontanément complété cette phrase mentalement par «…ni car». En effet, c’est parce que cette phrase mnémotechnique forme pour vous un tout qui ne peut pas exister de façon fragmentée. C’est plus fort que vous, vous vous sentez obligé de compléter ce vide.

Dans l’exemple ci-dessous, vous verrez des formes qui ne sont en réalité pas tracées (un cube, une sphère, un triangle).

Votre esprit fait se travail de structuralisation de façon naturelle et spontannée.

Ces processus sont qualifiés de gestalt, ou encore de « psychologie de la forme », qui caractérise cette tendance naturelle que nous avons de vouloir traiter les phénomènes de façon globale et holistique.

La structuration des mind maps s’inscrit parfaitement dans ce processus naturel. Bien évidemment, ce n’est pas le seul principe sur lequel se base cet outil, nous allons maintenant voir à quel point la mind map nous aide à développer une pensée efficace.

MIMÉTISME BIOLOGIQUE

La répartition dans l’espace d’une mind map rappelle les connections organiques des neurones et respecte le principe d’association naturelle. Lorsqu’une idée est stimulée, elle entraine directement des liens qui sont matérialisés par des branches qui elles même possèdent des ramifications et ainsi de suite. Ces liaisons graphiques facilitent le processus d’association des idées, et fluidifient la compréhension.

Cette organisation de l’information stimule le processus d’anamnèse que nous avons déjà évoqué dans l’article sur « L’erreur de la relecture », c’est-à-dire qu’elle stimule cette capacité que possède notre cerveau à générer l’information. La spatialisation de l’information vous aidera à développer une pensée non plus unilatérale et linéaire, mais multilatérale et irradiante.

MIMÉTISME PSYCHOLOGIQUE

Afin de pouvoir traiter et maîtriser une information, notre cerveau passe par cinq processus principaux :

  • PERCEPTION : qui correspond à la réception des données par le biais des différents canaux de stimulation. Elle dépend de votre motivation, et du pouvoir stimulant du support que vous étudiez.
  • ANCRAGE : qui est directement en lien avec votre capacité à mémoriser et récupérer l’information.
  • ANALYSE : qui est le processus d’identification des modèles et du traitement pur de l’information.
  • PRODUCTION : c’est l’externalisation de ce qu’on a appris par la communication ou la créativité (la parole, le dessin, l’entrainement, le mind mapping en font partie)
  • CONTROLE : qui correspond à la surveillance des fonctions mentales et physiques. En bref, c’est la tour de contrôle. Cette dernière s’assure que la santé générale, le comportement et l’environnement sont bien favorables aux 4 processus précédent.

Le mind mapping facilite le fonctionnement de ces processus :

  • La perception est favorisée par un contenu dynamique et très visuel.
  • L’ancrage est optimisé par la stimulation de plusieurs fonctions cognitives.
  • L’analyse est plus fluide car la vision du sujet est globale, il en résulte une meilleure compréhension.
  • La production est l’illustration même du concept de la Mind Map par son aspect créatif.